jeudi, 14 février 2013 17:54

L'après d'une EMI, par Vincent

Ce texte est en fait la synthèse de mon ressenti et de ce que je vis aujourd'hui.

(voir l'EMI de Vincent)

“Attendre que la mort survienne pour découvrir ce qui se passe, c’est se priver de la beauté du voyage”. Je vais essayer d’expliquer objectivement, sans couleur religieuse et philosophique, ce qui se passe dans la conscience d’un expérienceur. Je vais essayer d’employer des mots qui se rapprochent de près ou de loin, pour expliquer le cheminement d’un état de conscience modifiée par une EMI, trouver des mots dénués de tout rapprochement religieux afin de permettre, sans coloration d'aucune sorte, la réalité de cette expérience.

De cette expérience naît un nouveau paradigme, non seulement pour ce qu’elle induit, mais aussi par un décalage important entre le monde que l’on va appeler « spirituel » et le monde dit « matérialiste ». Le monde spirituel, ce paradigme dont la valeur intrinsèque repose sur la conscience universelle et dont l’énergie vibratoire qui la compose est l’amour, perturbe profondément la conscience de l’expérienceur.

Quand vous revenez de ce monde, vous rentrez en décalage avec votre propre ressenti et la réalité matérialiste. C’est comme-ci, en votre mémoire, il y avait la notion de l’instant qui ne correspond pas à la notion de ce que vous vivez dans l’instant.Vous n’en comprenez pas sa réalité. Vous êtes en décalage profond avec ce que vous voyez et ce que vous ressentez. Votre conscience est encore baignée dans un flot de lumière et d’amour, dont il faut vous faire violence pour en sortir et retrouver vos « ancrages » terrestres. (..)

Ceci est la première phase qui peut durer pour certains très longtemps, cela est fonction du niveau vibratoire dans lequel vous avez été baigné. Les étapes suivantes se distinguent entre elles par le rephasage et la descente au niveau de la réalité du paradigme terrestre. La phase primaire, celle qui permet de comprendre et de ressentir à nouveau la réalité terrestre, est généralement extrêmement troublante, puisque la plupart des expérienceurs ressentent un arrachement au moment de la réintégration. La suivante est la frustration et l’acceptation de ce que vous ressentez, vous avez réintégré votre corps, l’ouïe vous rappelle en premier lieu votre appartenance à la matière et la souffrance physique (pour certains) reprend le terrain de la douleur.

Après « il faut faire avec » et cet « avec » représente une sommité de difficultés, car plus rien ne correspond à rien...

L’EMI est une expérience importante par son état de conscience hors du corps. Vous n’avez plus les effets de gravité, ni de la magnétisation de la matière. Vous avez des capacités super développées, vos sens sont exacerbés. Ces capacités vous permettent de réaliser des prouesses insoupçonnées et incroyables (voir à des distances infinies, avoir la vue panoramique et ressentir au-delà des apparences, flotter et bouger avec l’énergie de la pensée constructive et avec celle–ci choisir l’environnement qui vous sied le mieux, comprendre le tout en un instant). Le bain omniprésent d’amour qui vous pénètre n’a pas de limite, vous êtes en symbiose avec celui-ci et rien ne peut l’effacer. Vous ressentez le non-jugement de ce que vous êtes et le libre-arbitre vous oriente vers un état lumineux.

Comment faire avec tout cela, une fois que le processus de réintégration dans la matière est terminée; comment appréhender votre avenir, en ressentant en permanence ce décalage entre deux paradigmes. Il faut beaucoup de temps. Me concernant, une décennie fut nécessaire pour non, seulement, comprendre cette expérience en y mettant des mots (qui de toute manière pâlissent la réalité) mais accepter d’aller de l’avant dans un avenir douteux et bien brumeux.

Souvent pour celles et ceux qui vivent en couple, l’équilibre de celui-ci est perturbé, la fracture se met en place, l’éloignement devient une évidence. La transmission de cette expérience est très difficile et même souvent impossible à faire, tant l’absence de mot est importante, tant la couleur de notre connaissance humaine est pâle. Nous essayons de le faire dans les premiers instants après notre retour, nous n’avons pas de mots pour exprimer simplement un ressenti puissant et imagé. Vos entourages familial et médical se positionnent vite fait, dans l’incompréhension, et compatissent à votre état d’emprise neuroleptique.

Que faire de cette énergie en vous, faite de compassion et d’empathie? Accepter l’ignorance totale de l’homme, l’indifférence polie avec laquelle il écoute cette expérience extraordinaire, est une véritable meurtrissure lorsque l’on porte le message de l’amour magnifié. Pour plusieurs, généralement la majorité, c’est d’enfouir dans leur conscience ce trésor, de le vivre intensément de l’intérieur et d’avancer malgré tout vers une mort que l’on sait glorieuse. Pour d’autres, comme pour moi, avons choisi de la partager en sachant très bien qu’il faudra se battre contre le pragmatisme humain, l’incrédulité et l’ancrage matérialiste de certains scientifiques et praticiens médicaux.

Bon nombre d’expérienceurs se tournent vers l’accompagnement de personne en fin de vie, non pas pour partager leur expérience, mais pour acter dans l’amour et soulager l’angoisse, la douleur psychique de ce que représente pour certains, la mort. La mémoire spirituelle de leur conscience « hors corps » leur permet d’aller au-delà dans le ressenti humain, des capacités nouvelles surgissent, des dons d’ubiquité, des sensations extrasensorielles...(de la lecture directe de conscience de l’autre, du ressenti de la présence des disparus) et l’absence totale de la peur de mourir.

Cet état de conscience modifiée, amène celui qui le vit, de ressentir des êtres chers, de retrouver l’ami, le mari ou l’enfant disparu. Certains, comme moi, avons rencontré la connaissance universelle quand nous étions dans la « conscience universelle ». Cette rencontre instantanément présente, de l’autre « côté du voile », vous fait ressentir immédiatement la vérité sur tout et toute chose. Si bien que votre mémoire spirituelle replace la réalité de la finalité de la vie terrestre sur un plan premier. Que vous comprenez à ce moment-là, que sans amour et l’acte d’amour, l’espoir de ce magnifique paradigme n’est pas. Qu’il se produit alors la sélection vibratoire pour les niveaux d’états qui correspondent à ce que vous avez entamé sur terre...

Pour les avoir visités, pour certains et dans les plus basses vibrations, existe le non-sens de l’amour et de l’harmonie. Là où règne le désespoir permanent où sont englués celles et ceux qui ont renié le sentiment d’amour et promulgué dans le plein sens du terme l’apostasie de l’amour... Englués dans leur vérité et reniement, ils transparaissent à ceux qui les ressentent, comme des oripeaux de la conscience humaine et vivent inlassablement avec la notion d’éternité, dans la haine, dans le manque d’harmonie et la conscience disparate.

Dans l’échelle vibratoire, à l’étape intermédiaire, se situent la plupart des disparus, sans pour autant niveler à un seul état, ils se regroupent par affinité vibratoire. Ils se forment à ce niveau par l’enseignement spirituel. L’imagerie de votre conscience vous permet de construire à volonté l’environnement qui vous plaît le mieux, chacun y trouvera non seulement la douceur de l’amour, mais aussi et surtout l’envie du perfectionnement.

Les états supérieurs seront pour tous, les niveaux de conscience les plus emblématiques, là où s’ouvrent la réalité de l’infini et de l’éternité, la création et la découverte permanente de la présence de la conscience universelle, tout en gardant votre intégrité, vous œuvrez pour l’universalité...

"Chacun est invité à sa propre recherche (IANDS France)", à son propre développement, souvent seul, parfois en accord avec d’autres, mais rassurez-vous, au bout de ce tunnel d’incertitudes, il y a la lumière... Ne nous tenez pas rigueur, si par moment nous sommes ailleurs, si nous sommes quelquefois tristes ou si nous pleurons, c’est que nous sommes en douleur au regard de notre incapacité, de temps à autre : d’être pas assez compris, de ne pas réussir à donner assez, de ne pas trouver les mots justes pour pardonner, de vous voir embrigader dans un système de vie matérialiste...

Je voudrai terminer ce chapitre par ce message d’espoir que tout expérienceur a reçu ou ressenti.

"Juste en accord avec ce qui doit être fait, il est bien et bon de se renseigner, de lire, d'essayer de comprendre, de partager et d'ouvrir sa conscience à la spiritualité, mais ici sur terre, avant tout c'est d'aimer et d'acter en ce sens. Comme rien ne pourra être - si vous - vous ne le faites pas; une vie tranquille n'aura d'effet que sur peu de choses dans le monde de la quintessence, le principe est et il est universel, tout est vibration. Plus vous avancez dans l'acte d'amour, plus vous donnez, plus c'est difficile, plus vous vous élevez... mais au bout, il y a le véritable bonheur, la véritable joie et surtout la jouissance d'un amour incommensurable. Je sais que c'est difficile, troublant et perturbant, mais c'est une voie qu'il ne faut pas négliger... "

Vincent Hamain