La maladie de Crohn et l'EMI

En novembre 1973, à l'âge de vingt ans, Gilles Bédard est mort pendant quelques minutes, puis il est revenu à la vie. Gilles était hospitalisé depuis plusieurs mois à cause d'une maladie qui le rongeait littéralement : la maladie de Crohn. Il avait frôlé la mort à trois reprises, on ne pouvait l'opérer. Il était branché et était nourri par hyper-alimentation. Il n'avait plus que la peau et les os, et tout le monde s'attendait à ce qu'il meure d'une journée à l'autre.

"Un samedi matin, je me réveille ; je me sentais très lourd. Je faisais quarante et un de fièvre, ma pression était à soixante, j'étais dans un semi-coma : je partais et je revenais constamment. Les médecins m'auscultaient, me surveillaient ; ils avaient même prévenu mes parents : cette fois-ci, je devais vraiment mourir (pour la quatrième fois). Tranquillement, je sentais l'énergie de tout mon corps se diriger vers le coeur, comme si tout mon être se concentrait en un point précis. La journée se passa."

"Dans la nuit, un médecin vint me voir et me tourna sur le dos. J'ai soudainement vu toute la chambre : j'étais au plafond. J'avais l'impression d'être comme un grain de sable."

"Je voyais les gens en bas, mais je ne ressentais rien de particulier. Puis, comme si j'avais levé les yeux à quatre-vingt-dix degrés, j'ai vu en face de moi douze personnages, douze Etres de Lumière installés en demi-cercle; derrière eux, il y avait un tunnel et la Lumière. Je n’avais aucune espèce d’idée d’où j’étais. Ce n’était pas un endroit physique ou déterminé mais plutôt un espace énergétique. J'ai alors entendu une voix... En fait, c'est comme si les Douze me parlaient à travers une seule voix : ils étaient UN. Ils m'ont dit: " Tu ne meurs pas, tu retournes sur terre, parce que tu as quelque chose à y faire." Je sais que j'avais entendu des sons dans l'au-delà, mais à l'époque, cela ne m'avait pas frappé. Pourtant, je comprenais ce que ces douze Êtres de Lumière voulaient dire sans vraiment en mesurer toute la portée. Juste avant de quitter, j'ai entendu un Son en parfaite harmonie avec ce monde et à cet instant précis, il me sembla disparaître dans le Son et faire un avec lui. Ensuite, j'ai entendu ces mots 'Soit le Son'."

"Puis, je me suis retrouvé dans mon corps. J’ai ouvert les yeux et vu ma mère et j'ai demandé où était mon père. Il s'est approché de moi, m'a pris par la main et j'ai senti une super décharge d'amour et de vie, comme s'il me transmettait cette énergie. Je me suis endormi. Le lendemain matin, j'ai vu un extraordinaire lever de soleil. D'habitude, c'était impossible de voir le soleil de ma chambre à cause d'un pavillon de l'hôpital qui obstruait la vue ; une infirmière est même venue pour fermer le rideau. J'ai refusé qu'elle le fasse : cela avait une signification bien particulière pour moi."

"Tout le monde est venu me voir, l'infirmière-chef est passée et m'a dit: " Ne nous fais plus jamais ça, on a eu très peur." Les médecins n'ont jamais pu expliquer ce qui s'était produit. Imaginez ça : la veille, tu es mourant, et le lendemain matin, tu manges à ta faim, tu fais des farces avec le personnel et tu es en bien meilleure forme. Je ne faisais plus de fièvre, ma pression était normale quoique je me sentais encore très faible. Quelques semaines après, je rentrais à la maison."


Intégration

Cette expérience a été pour moi le point de départ d’une véritable quête de transformation. Sans le savoir à cette époque, j’ouvrais une porte qui allait se refermer derrière moi puis disparaitre. Ma vie ne serait plus jamais la même. Au début, je ne savais rien de tout ça. Le livre de Raymond Moody "La vie après la vie " n’était pas encore publié et l’expression « expérience de mort imminente » ne faisait pas partie de notre vocabulaire. J’étais porté par un appel dont j’ignorais la source mais qui fut suffisamment puissant pour me faire voyager hors des sentiers battus et des préoccupations d’un jeune au début de la vingtaine.

Gilles Bédard, Québec

Note: Toute personne désireuse de communiquer avec Gilles peut lui faire parvenir un Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..